CAB International Loisir : site officiel du club de foot de BEGLES - footeo

Que de saucisses, t'as lancé.

2 décembre 2018 - 18:49

En soit, un match nul aurait été un bon résultat lors des saisons passées. Celui ci restera frustrant tant nous avons gâché offensivement.

On peut reconnaitre que ce n'était pas l'équipe de Talence habituelle, celle adepte des petits ponts et autres transversales de 70 mètres. Non, elle était plutôt renforcée par quelques quinquagénaires grisonnants (peut être des joueurs revanchards médocains?) déjà retraités, car, visiblement, les 3/4 de l'équipe débauchaient tous après 20h30. C'est donc avec un effectif amoindrit et avec un seul remplaçant que nos adversaires se sont pointés.

Attention la suite de ce résumé peut ne pas refléter la réalité. Ce qui précède non plus d’ailleurs.

De notre côté, à part quelques absences notables (Dennys, Pancho, Gaby) et d'autres moins (Gnoul, Jérôme), le coach-joueur-mais pas trop finalement- avait de quoi composer une jolie team. Flo Baffie dans les buts, qui, après avoir démonté Matt M., cherchait sa nouvelle victime. Juste devant lui, tremblants, Azoua Boatang, Ash Bockenbauer, Sylvain Möllar et Seb Brehle tenteront d'être au niveau d’exigence de leur portier. A la récupération, Fernando Rous, qui aurait pu jouer en chaussettes et Mathias Pudolski. Sur les côtés, Jérome Guretska (Erratum: il était bien là en fait à l'inverse de ce qui était mentionné plus haut) et Da Mother Fucker Antoine. Devant, la redoutable doublette Gregégé.

La première période démarre plutôt bien, cela est assez rare pour le signaler. Malgré les réticences du Coach qui voulait opter au départ pour un 2-3-2-1-2 et après concertation, nous sommes revenus au 4-4-2 à plat. Un bienfait car, malgré un milieu de terrain peu adepte à l'exigence tactique, le bloc équipe restait quand même en place. Je pense qu'il serait intéressant que beaucoup regardent les vidéos ou extraits de celles-ci afin de parfaire notre jeu. Cela ne pourrait être que bénéfique.

Néanmoins, face à un Talence affaiblit, cela suffisait. Contraint de jouer en contre, la vitesse et la vigilance d'Ashley feront le taff, n'en déplaise à Flo Neneur qui avait apprit quelques insultes anglo-saxonnes.

De notre côté, les actions s'enchainent mais surtout... Bon, les habitués des résumés du site auront du mal à croire ce qui va suivre mais c'est pourtant réel. Il est vrai que le coach l'avait briefé avant le match, arrivant même au point de parler de plot virtuel à ne pas dépasser pour que l'action se termine positivement. Bref. Nous avons eu un bon paquet de situations chaudes sur des centres de...  -Mouillez vous la nuque-  ... Seb, nom de Dieu, de Seb Brehle. Bon, maintenant que nous savons centrer (parce qu'Aziz ou Adrien ont aussi distribués des pralines), il faudrait avoir des attaquants qui marquent. Que ce soit Greg Effinberg avec ses ciseaux à bouts ronds ou Gege qui contrôle le ballon aussi loin qui l'est grand, le but paraît bien petit. C'était pas leurs soirs. D'ailleurs ce dernier, a loupé l'occasion d'ouvrir le score sur un pénalty bien stoppé par le (très bon) gardien adverse. Gégé Müllar, plus que notre tour de contrôle, était vendredi soir, notre foreuse à pétrole, la tête enfoncée dans le sol caoutchouteux béglais.

Nous arriverons à la courte pause sur un score vierge.

 

 

Un sentiment d'inachevé associé à du regret parcourait les tribunes fictives du stade du Haut Verduc. Comme si la flopée d'occasions manquées allait jouer un mauvais tour aux joueurs locaux.

Si j'écris cela, vous vous doutez bien que Talence va ouvrir le score, non? Eh bien oui, c'est bien ce qu'il s'est passé pratiquement à la reprise du jeu. Sur un coup franc excentré côté gauche, un long ballon flottant est envoyé en plein milieu de la surface. Libre de tout marquage ou bien marqué de loin (comme vous voulez), un joueur talençais ajuste tranquillement Flo qui s'en prend immédiatement à un joueur au hasard. (0-1)

Comme en première période, les vagues offensives s'enchaineront tout au long du second acte. Mais la fatigue se faisant sentir, les adversaires passeront pas loin de doubler la mise à plusieurs reprises sur des contres plutôt mal menés pour le coup. Au vue de l'éclatement total de notre milieu de terrain, il est clair que le 0-1 ne restera pas le score final.

Notre abnégation sera tout de même récompensée en toute fin de rencontre, quand Antoine De Ballock, notre adepte des poèmes du XVII ième siècle, délivre un joli centre en direction d'Henridinho qui intelligemment laisse passer le ballon (non je déconne, il le loupe lamentablement) pour Chico Wernor. Il contrôle parfaitement et d'un superbe tir en pivot propulse le ballon dans la lucarne. TOOOOOOOR !!! (1-1)

La joie éclate dans nos rangs. L'envie de l'emporter aussi. Malgré cela, ceux sont nos adversaires qui obtiendront deux occasions de l'emporter. Une première fois stoppée par Flo Neneur avant qu'Ashley Bockenbauer nous gratifie d'un tacle glissé salvateur dont lui seul à le secret. ("Ball n' anckles" a t-il sagement narré dans les vestiaires).

La fin du match sera ponctuée d'une belle tirade de poésie lyrique entonnée par Antoine en direction un joueur adverse légèrement échaudé par une faute imaginaire:

 

 

Un point qui récompense tout de même une envie certaine mais notre manque cruelle de réussite et/ou de concentration devra être gommée rapidement pour renouer avec le succès et se rapprocher ainsi des premières places qui nous nous devons d'accrocher cette année.

Place au retour de la Ligue des Champions Girondine® dès le week end prochain.

 

 

Les faits du match :

  • Fernando n'avait pas oublié ses crampons comme il nous l'avait dit, mais étant fabriqués en fibre de soja, il les avaient confondus avec de la bouffe. Vegan.
  • Flo aura dorénavant sa chronique critique à chaque fin de résumé. Baffie show.
  • Jouer avec un ballon floqué Real Madrid et ne pas être capable de convertir ses occasions. Allégorie.
  • Coach Chris qui devait entrer en seconde période, puis à 20 minutes de la fin, puis plus du tout, préféra se concentrer sur le prochain match pour entrer en seconde période, puis à 20 minutes de la fin, puis... Jour de la marmotte.
  • Le purée/Gégé d'après match nous a bien rempli la panse. 23 cm.

 

"Auf geht's,

 

CAB schiesst

 

ein Tor!!!"

 

Commentaires

---------------

---------------