CAB International Loisir : site officiel du club de foot de BEGLES - footeo

La Cène était prévisible

9 avril 2018 - 23:30

Une tension particulière s’est installée durant la semaine précédent ce déplacement à Saint Loubès. Les regards entre coéquipiers étaient interrogatifs, les échanges sur les réseaux sociaux ne portaient que sur ce sujet central. Pour vous dire, même les présidents en ont discutés lors de l’assemblée hebdomadaire.

L’importance de ce rendez vous aurait, à ce que l’on raconte, dépassé les frontières du district, au point que l’adresse du rendez vous n’a pas été divulguée par les hautes instances de la Liga Internacionale Loisir®.

La une de l’Equipe résume parfaitement cette tension :

 

Car oui, la seule motivation de cette soirée a été relevée aux alentours 23h au Domicile de notre coach, Virginia H. Auparavant, l’ambiguïté de la question posée par le quotidien a, comme qui dirait, pétrifiée l’équipe au point de passer complètement à côté du match. Mais tout ça est secondaire, nous y reviendrons en fin de résumé. Peut être.

 

Virginia H. avait composé sa table comme ceci : Bout de table côté cuisine, l’imposant Flo. Sur ses côtés, Azoua et à la surprise générale, Henridinho dans le rôle du contrôleur qualité des plats. Un cran plus haut, Matt, du même côté qu’Aziz pour couvrir les éventuels déplacements de ce dernier pour choper la bouteille de sky et en face Gnoul, parce que, tactiquement, il faut pas trop l’éloigner du capitão. En milieu de table, Nico dans le rôle du gestionnaire des boissons, et Laurent pour rendre la tâche difficile à Nico. Adri, toujours en numéro 10 mais attaché à sa chaise pour éviter les dribbles chaloupés. Un peu plus de liberté créative pour Jérôme juste en face de lui juste pour faire chier notre numéro 8. En remontant encore, on trouve Greg côté droit avec interdiction de prendre son verre en talonnade et l’autre bout de table est comblé par, croyez le si vous le voulez, Gégé + Sylvain. Prends toi ça l’adversaire ! Tournant en électron libre autour de nous en qualité de serveur, Chris.

 

Si y’a un secteur où nous sommes pas mauvais, c’est bien celui de la bouffe. Tout a été judicieusement pensé par le coach du soir Virginia. La tactique était étudiée pour contrer un à un les plats qui arrivaient de tous les côtés.

D’entrée de jeu, et malgré l’infériorité numérique (Gégé et Gnoul ont été malmenés par une bouteille de whisky sur la route mais en sont venus à bout), nous ne lâchons rien. Cacahuètes, olives nous attaquent en premier. Recroquevillés en défense en attendant nos deux retardataires, nous tenons bons malgré le piquant des olives. Whisky, rhum, bières ou encore vin rouge se présentent en contre attaque mais celle ci nous l’avions vu venir, je dirai même plus, nous l’attendions. Notre défense rugueuse les malmènent une première fois, blessant même quelques bouteilles aux talons. Il faut dire que l’arrivée de nos renforts nous a bien aidé, Gégé jouant même de quelques feintes, bouteille de Volvic à la main.

Par la suite, tartines de pâté, roulés de thon ou knackis distribués d’une façon stratégique et rapide par le serveur (LOL) cèderont dès le début de table peinant même à arriver jusqu’à son extrémité, attisant les railleries de certains coéquipiers.

Sachant que le plus dur aller arriver, Coach Virginia nous demanda de rester sur nos gardes. En effet, il a fallu quelques secondes de plus pour voir revenir la « bottle’s attack ». Comme à son premier essai, ce fut un échec cuisant. La confiance gagne le groupe, les cris de joie surgissent de chaque coin de la table. Quand la suite se présente, un peu anxieuse face à notre supériorité, elle se heurte effectivement à un mur bien placé par Flo. Des pizzas dégorgeant de porc… Elles ont cru nous fumer comme ça. Malgré l’enchainement et différents appels de celles-ci, elles furent découpées en moins de deux. Relâchés par tant de facilité, nous n’avions pas vu venir l’attaque sur le pauvre Azoua esseulé et encore choqué par tant de jambon. Un magret d’au moins 20 centimètres et bien grassouillet le prend sur le côté. Surpris, il se laisse distancer. Mais, galvanisé par cet échec, il revient bien et martyrise le morceau jusqu’au dernier bout de gras. Coach Virginia le comprit immédiatement, cette double attaque était faite pour diviser les troupes, et elle remarque un peu d’animosité envers notre latéral, jalousait par certains coéquipiers lui reprochant de ne pas partager sa proie.

Et en effet, durant ce moment d’interrogation, et profitant de la sortie sur fatigue de Matthieu, le fromage arriva de partout. Pris de court, nous attendons les consignes de la coach. Un peu dépassée, et voyant le serveur ricanait bêtement, elle lance un regard vers le Capitão. Ni une, ni deux, ce dernier prend ses responsabilités et dispatche les attaques de fromjo devant les poids lourds de l’effectif. Ainsi, Sylvestre, Sylvain et Henry viennent à bout de ses dernières avec une grande aisance.

La suite de la rencontre n’est qu’une formalité et l’arrivée des desserts entremêlée de nouvelles charges des bouteilles ne changeront rien au match. Coach Virginia, agenouillé sur Chris, ne peut que crier victoire !

 

Les faits du match

 

  • Jaloux de la part de magret d’Azoua, 5 joueurs de l’équipe se sont convertis après le repas. Religion culinaire.
  • Greg et Jérome ont obtenu les plus mauvaises notes à cause notamment de leurs part de pizzas posées à côté des assiettes. Déficit technique.
  • Adrien aurait violenté techniquement une pizza en calzone sous la table. Petit pont.
  • Gégé aurait été contacté par la marque Volvic pour en devenir son égérie. Posture sobre.
  • Après avoir bien mangé, bien bu et bien déconné, nous n’avons même pas nettoyé. Nouveau foyer.

 

Accessoirement, nous avons lamentablement perdu 5-0 à Saint Loubès.

 

 

VAMOS PINTXOOOOOS !!!!

Commentaires

---------------

---------------

---------------