CAB International Loisir : site officiel du club de foot de BEGLES - footeo

En manque de coéquipiers.

21 octobre 2017 - 10:53

Ce premier match officiel nous offrait un déplacement exotique sur les terres reculées du Médoc. Terres où bon nombre d'équipes sont tombées lors des précédentes saisons, soit battus par cette belle équipe Ludonaise, soit abattus par une horde de sangliers consanguins (nous savons tous que les sangliers couchent entre frères et soeurs,voir pire, ne nous cachons pas). 

Agréable surprise que de trouver un joli terrain en pelouse bien verte, bien éclairé, accompagnés de vestiaire spacieux et adapté à une équipe d'adultes. Bègles, si tu me lis. Tout pour se mettre en condition et sortir un bon match. Tout sauf un effectif en quantité car quasiment la moitié de notre équipe pensait certainement que la saison reprenait en janvier, se pensant donc large au niveau de l'inscription. Changez rien les gars.

 

Coach Chris, passablement énervé par la rigidité de notre hôte concernant les licences, fut contraint de laisser à la maison Azoua. 13 joueurs à l'origine, mais 11 à l'approche du coup d'envoi, il fut dans l'obligation d'aligner l'équipe suivante:

 

Chris, déterminé à trouver une faille dans la viabilité de l'équipe Ludonaise, avait remarqué la présence lors de l'échauffement, de deux joueurs entre 6 et 7 ans au milieu de nos adversaires. Flairant l'entourloupe, il décida juste avant le coup d'envoi, d'aller remplir la feuille de match et ... de faire l'appel et le contrôle des licences. C'est donc 10 minutes après qu'il revint, le pas sûr (et lourd), feuille de match à la main pour entamer la vérification. Lecture du nom, présentation du joueur, détail physique avec la photo, un vrai remake de "usual suspect". En vain. Tout était réglementaire.

C'est donc parti, nous pouvons démarrer le match aux alentours de 21h45.

Les joueurs de Ludon, encore entrain de débattre sur les photos de nos licences, et d'hésiter sur qui est le plus beau entre Adrien et Chico, se font surprendre d'entrée. Un débordement de Seb, un centre en retrait (je crois que c'est la première que j'associe ces 5 mots) et une reprise du plat du pied d'Antoine (0-1). Propre.

L'ouverture du score prématurée a eu plusieurs conséquences. Notre joie premièrement lié à un certain relâchement, mais aussi galvaniser son adversaire. Et nous avons senti passer la foudre en l'espace d'une grosse demi heure. D'abord sur une action confuse dans la surface ponctuée par un lob de la tête de leur plus grand joueur (2m67) dans... nos 6 mètres. (1-1)

Dans la foulée, sur un centre, ils prennent l'avantage sur une belle reprise de la tête également. (2-1) S'en suit quelques vagues offensives dont une dernière fera mouche. Parti dans le dos défense, un joueur violet s'en va défier Flo en face à face et trompera ce dernier du plat du pied. (3-1)

Entre-temps, Fernando fera son entrée après avoir prit du retard dans sa livraison de blanche dans le coin.

Une dernière opportunité de revenir au score avant la mi-temps sera gâchée par Adrien, qui préféra tirer son coup franc à ras de terre plutôt que de viser la lucarne comme à son habitude. A croire que sans les bons ballons, il ne peut pas la lever.

Mi-temps. Échanges sur le banc ayant comme un air de refrain, sans fin, comme une chanson de JUL.

Ce second acte verra les débats se rééquilibrer sans pour autant qu'on parvienne à venir devant le but adverse. La fatigue pour responsable? Sans doute. A ce moment de la partie, nous possédons qu'un seul remplaçant, car Laurent, craignant la blessure le privant d'un après match médocain, décida de se ménager.

Les occasions de recoller au score seront moins nombreuses que celles d'être mené d'un but supplémentaire. Sylvain, alias Ragnar, ayant son côté social plus développé que celui de viking nordiste, décida de filer un coup de main à nos adversaires en plantant un joli plat du pied dans notre but vide deserté par Flo qui était soit parti pisser, soit louper sa sortie, je sais plus. (4-1)

Entre temps, Matthieu était sorti sur blessure au tympan gauche à cause des décibels de Coach Chris. Conséquence? Plus de remplacements (Cc: nos coéquipiers restaient chaudement chez eux).

Ne voulant pas baisser la tête, nous remettons notre dernière chance dans les pieds et la fraicheur de Chico. A plusieurs reprises, Adrien et son pied drauche tenta de lancer notre attaquant. Et sur l'une d'entres elles, il prit de vitesse la défense médocaine avant de trouver face au gardien. Tel un Ronaldo des années 2000, il tenta le crochet pour le dribbler, mais ce dernier l'accroche dans la surface. PENALTY, transformé facilement par Gre... Adrien. (4-2)

Chris, découvrant la présence de muscles pouvant se contracter derrière la jambe, ne pouvait plus avancer sur le terrain et chuchota dans l'oreille droite de Matthieu s'il pouvait revenir sur le terrain. Doté d'un grand sens du collectif et d'une peur bleue du mégaphone servant de bouche à son coach, il accepta sans trop rechigner.

Nous aurons deux belles occasions de recoller au score et de faire douter les ludonais mais une belle frappe d'Antoine sera repoussée d'une belle parade du gardien et quelques instants plus tard, Greg loupera le cadre d'une vingtaine de mètres en frappant dans les 6 mètres adverse.

Le match se conclura par un dernier contre et un énième but de la tête de nos bourreaux du soir. (5-2)

Mauvaise entame sommes toutes logique. Avec le probable report du match contre les exempts, nous n'avons plus le choix, il faudra battre Canéjan chez eux dans deux semaines. Il nous reste beaucoup de travail, mais le potentiel est là.

 

Les faits du match:

- En retard, je ne mentionne que maintenant la présence de Jérôme. Manque de respect.

- "Pour Macau, hip, hip, hip". Déstabilisation.

- Flo en est venu à crier "J'aaaaiii" même sur nos passes en retrait. Haut débit de paroles.

- En fin de rencontre, nos adversaires ont conclu qu'Adrien était le plus beau, n'ayant vu Chico que de dos. Vitesse.

- Coach Chris trouva une faille pour porter réserve avec la mauvaise orientation des projecteurs mais trop tard. Frustré.

- Abattus dans les vestiaire, nos joueurs ont néanmoins trouvé l'ingénieuse idée d'inclure des décapsuleurs sous les portes manteaux. Lucidité.

 

VAMOS CABCHONEROS !!!

 

 

Commentaires

---------------

---------------

---------------