At the last second

2 avril 2017 - 21:57

Arrivée en mode équipe loisir modèle avec bières, chants et cotillons, l’équipe de Léognan nous a montré que ses stats et son classement ne reflétait en rien leur vrai niveau. La collation d’avant match étant prohibée par coach Chris, c’est les mains dans les poches que nous, nous sommes arrivés à la plaine, et l’histoire racontera que nous les avons gardées durant tout le match.

 

Le CAB International Loisir est une équipe incompréhensible. Je dirai que l’on peut nous comparer à ce gamin plutôt doué à l’école mais qui n’en branle pas une. Celui que le prof a une furieuse envie de recaler mais pourtant il s’en sort toujours à la fin.

 

La rencontre d’hier soir ne restera pas dans nos mémoires. Même Henrindinho n’a pas fait son geste si ce n’est celui d’allumer sa clope sur la touche. La victoire est-elle si importante à notre niveau ? Le classement ajoute un petit attrait à notre catégorie c’est sûr, mais ne vaut-il pas mieux perdre un match mais s’être amusé sur le terrain ? Il n’y a en qu’un qui a dû prendre du plaisir pendant la rencontre, c’est Matthieu, qui stoppait nettes toutes les tentatives adverses même en fermant les yeux.

Bien sûr, il ne faut pas tomber dans la dramaturgie, car tout n’était pas à jeter, mais on oscille tellement entre le bien et le moins bien (voir mauvais parfois), que ça en devient frustrant.

 

Coach Chris ayant préféré nous lâcher pour une conférence sur la conservation de l’habitat du doryphore en milieu hostile, c’est moi même, cuisinier de mon état, qui ait prit en main la compo. Ayant étudié la chose à fond, j’avais même imaginé les remplacements, mais, les divers retards ont contraint les joueurs a modifié eux même la tactique dans le vestiaire. Elle était donc la suivante, je crois :

 

Le résumé de cette rencontre, j’ai envie de le faire comme nous avons joué le match. Ecrire une longue phrase truffée de fautes comme nous avons balancé de longs ballons en touche et arriver à la conclusion. Car le jeu court n’a pas été notre ami, en partie par la fait que nos joueurs de côté n’étaient pas assez n’ont pas su se démarquer et élargir le jeu. Le circuit était plutôt bien fait mais nos centraux, faute de solutions, sautaient les lignes pour essayer de trouver la profondeur, en vain. Léognan jouant très bas, cette stratégie n’était surement pas la bonne.

Nous nous procurerons tout de même quelques situations chaudes voir occasions concrètes, mais seul Mathias, sur un service en retrait de Jérômichev, trompera le gardien. (1-0)

 

Les discussions à la mi-temps pour tenter de poser le jeu, de redoubler d’effort montre que nous sommes conscients de nos lacunes.

 

Seulement, d’entrée de jeu, Léognan, qui avait regagné confiance au fur et à mesure que nous reculions en première période, égalisa sur un centre reprit victorieusement de la tête par leur attaquant (1-1).

Même si les intentions de jeu seront un peu plus présentes dans ce second acte, nous peinerons à dépasser les 30 mètres. C’est dans les dernières minutes que les occasions se créeront, et, à l’image du match, l’avant dernière manquera de concentration, d’envie et d’application. Parti à la limite du hors jeu, Greg se présente face au but côté gauche (son bon pied donc). Jérômichev, qui a suivi, est seul au point de péno. Greg, choisissant la passe, et donc, la bonne option, envoi… un caramel que Jéromichev parviendra à contrôler du bout du pied. Se retrouvant dos au but, son super tir en pivot finira en … 6 mètres.

C’est dans les arrêts de jeu qu’Ashley, qui a comprit que son jeu long dépassé la Manche à chaque tentatives, décida de partir seul depuis le rond central, seulement accompagné de son fighting spirit et du ballon, élimant tour à tour les joueurs de Léognan avant d’envoyer d’un tir croisé, le cuir au fond des filets. GOOOOAAAAL !! (2-1)

 

Merci à l’équipe de Léognan pour leur esprit.

 

Les faits du match :

  • Prit en otage par son âge, Coach Chris est allé jouer avec les vétérans ce vendredi. Vieillesse.
  • Voyant les adversaires arriver bière à la main, certains de nos joueurs sont allés se renseigner sur le prix de la licence. Traitres.
  • Déçu de ne pas arriver en dernier, Jéromichev a attendu sur le parking l’arrivée de Matthieu avant de descendre de sa voiture. SNCF.
  • Pour expliquer le raté de sa passe, Greg a mit en cause la tonte de la pelouse, qu’il jugeait trop haute. Elément synthétique.
  • Habitué à nous livrer son geste pendant la rencontre, Henridinho a attendu l’après match et le confit pour le faire. Confit-crème.

 

 

 

 

Commentaires

---------------

---------------

---------------