CAB International Loisir : site officiel du club de foot de BEGLES - footeo

Un caribou dans la nuit

3 décembre 2016 - 22:37

Le vent glacial s’engouffrait dans l’encolure de nos blousons. Nous avons marché de longues minutes avant d’apercevoir une prairie. Elle s’habillait d’un manteau blanc, brillant, qui s’effaçait au fur et à mesure de nos pas. Ornée à chacune de ses extrémités, d’une sculpture rectangulaire blanche auquel était accroché un filet, plus ou moins défraichis. Des lignes d’un blanc pâle semblaient dessiner les contours d’un terrain. Nos interrogations s’éclaircirent lorsque quatre poteaux longilignes s’embrasèrent d’une lumière éblouissante semblable à une torche géante. Nul doute, ceci était bien le terrain de football qui allait nous servir support pour notre rencontre face aux Coteaux Bordelais.

Bienvenue à Camarsac !

 

Notre coach arbitre amateur de St Moret avait concocté une belle équipe, et par surprise, avait opté pour le 4-4-2 losange, cette tactique même qui nous avait vu lamentablement sombrer à Talence une semaine plus tôt. D’abord une défense inamovible car pas de remplaçant de l’arrière garde sur le banc. Un milieu alléchant, et une attaque du feu de Dieu. Mais le Dieu du CAB.

 

La bonne humeur et l’envie me reviennent pour ce résumé, car, sans spoiler la suite de l’histoire, nous avons retrouvé une équipe, un collectif, une envie, tout ce qui permet de jouer et s’amuser dans ce sport. Merci à vous les gars, je crois que nous avons tous prit du plaisir hier soir.

 

Dès l’échauffement, on sentait que le groupe avait envie de se racheter. Même Jérôme est arrivé un peu moins en retard qu’à l’habitude.

 

D’entrée de jeu, nous sommes présent à l’impact, provoquant même les jurons de leur poétique arrière gauche. C’est vrai que le froid accentué la douleur. Nous parvenons à alterner le jeu court et long avec brio (pour notre niveau, bien entendu).

Cela va nous permettre d’ouvrir le score rapidement. Antoine contrôle la balle du métatarse droit, la conduit du scaphoïde, crochète grâce à un superbe mouvement de l’os iliaque et lance magnifiquement d’une passe dosée par sa malléole interne Mathias « Cavani » qui part tromper le gardien adverse.(0-1)

 

Le second but viendra quelques minutes plus tard, d’une action digne du grand, de l’immensissime football des bas-fonds du district. Henri intercepte le ballon (peut être dans la surface). L’arrière latéral tacle, enfin tombe et tend la jambe puis touche le tibia de notre capitão. Un impact résonne dans la nuit noire et froide de la Gironde Est. Coach arbitre Chris siffle. Mais il siffle quoi ? Coup franc ou péno ? Les lignes tracées au blanco en 1987 n’aident pas. Mais la franchise du coupable lui a permit de trancher. Ce sera pénalty. Notre ostéo s’en charge et ne laisse aucune chance au portier adverse en frappant en pleine lucar… à ras de terre au milieu du but. (0-2)

 

Le jeu se développe parfaitement de notre côté. Incapable de nous mettre en danger, grâce notamment à notre paire défensive « Alyssa Milano », les adversaires du soir peine déployer le leur.

 

Juste avant la mi-temps, un feu d’artifice éclata en pleine nuit. Le fameux slogan du CAB International Loisir prit alors tout son sens. Greg, vêtu tel John Snow, est lancé sur le côté gauche et parvient à effectuer un superbe centre. Le ballon passe en revue nos joueurs ainsi que la défense adverse. Mais, seul et oublié de tous, notre capitão Henridinho prépara son geste. Son corps prit l’allure d’un aigle royal. Bras écarté, jambe gauche lever à 90°, il attendit le moment propice et reprit le ballon de volée. Brossé, lifté voir lustré grâce au cuir de peau de paresseux brésilien de ses crampons, la balle se mit à tournoyer sur elle même en prenant la direction du petit filet opposé avant de s’illuminer d’un blanc glacial et d’éblouir le gardien qui ne put rien faire. (0-3)

La mi-temps arriva peu de temps après.

Nous avons repris le second acte comme si le score était de 0-0. Même envie, même détermination, avec en sus, l’entrée du Caribou.

Je ne sais pas si c’est le temps, qui lui rappelait celui de ses années canadiennes, mais ce dernier entrant à éclipser l’unique exceptionnel geste d’Henridinho en une mi-temps. Le froid, les kilos perdus et la drogue ont transcendé notre bête à cornes et à poils doux.

Dans les premières minutes, il crut qu’il fallait seulement se défendre, mais il comprit que cette place était sans issue, et commençait à comprendre. C’est alors que, lançait superbement par Ju’, le caribou s’en alla défier le gardien adverse et le trompa d’un superbe lob. (0-4)

Pas rassasié, et dans foulée, il récupéra un ballon sur la droite et adresse un centre parfait sur la tête de Mika qui trompa le gardien des poteaux* bordelais. (0-5)

Le Caribou conclut sa prestation en solo et à 30 mètres des buts frappa et plaça le ballon sous la transversale. (0-6)

Le résumé de la seconde période est volontairement raccourcit, mais nous avons eu une belle poignée d’occasions et le résultat aurait pu être plus lourd. Même les adversaires pensaient qui nous en étions à 8-0.

Félicitations à l’ensemble de l’équipe. A nous de réitérer vendredi face à un tout autre adversaire.

 

*nos hôtes d’un soir ont, à ce moment là, changé l’identité de leur club.

 

Les faits du match :

  • Nous avions décidé d’épargner à Ashley son voyage en vélo. Durant le trajet, il voulait nous payer en livres sterling. On l’a menacé de le laisser à Fargues.
  • Notre géorgien a eu l’opportunité à plusieurs reprises de creuser l’écart, mais, fidèle à sa réputation, il était souvent en retard sur les balles en profondeur. 
  • Le réalisateur d’Olive et Tom m’a contacté pour savoir s’il pouvait s’inspirer du but d’Henridinho dans son dessin-animé.
  • Mathieu M. parle plus sur un terrain qu’un politique dans un meeting.
  • La pelouse a été mesuré à certains endroits du terrain à une hauteur de 37 cm.

 

God Save The CAB !!!

 

Commentaires

---------------

---------------

---------------